Anima 2014

Anima 2014

A l’occasion de Festival Anima, j’ai eu l’occasion, avec Na-Line et Piti, d’assister à plusieurs projections de courts et longs métrages dont je vous livre ici des commentaires purement subjectifs; je reprendrai seulement mes coups de coeur.

Pour rappel, le Festival Anima est un Festival International du Film d’Animation de Bruxelles qui s’était déroulé du 28 février au 9 mars (voici une brève présentation)

10151700_10202666090405027_1143527696_n

Les films vus par Phon : Le vent se lève, The Thief and The Cobbler, Best Of Shorts 5, Bouddha : le grand départ, Patema Interved , Ernest et Célestine, Blue Exorcist, Nuit animée, Minuscule : la vallée des fourmis perdues

Ouverture : Le vent se lève par Hayao Miyazaki

the-wind-rises-10

Rien de mieux pour marquer le début du festival avec une œuvre réalisé par célébrissime Hayao Miyazaki, Le vent se lève.

Ce long métrage raconte l’histoire de Jiro qui aspire à devenir un grand aviateur mais dont la vue l’empêche de réaliser ce rêve. Cela ne l’empêchera pourtant pas de devenir un des plus grands ingénieurs aéronautiques de son temps. Séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose,  l’entrée en guerre du Japon… c’est aussi au milieu de ces événements qu’il rencontrera l’amour et l’amitié.

Vous aurez donc deviné que ce film n’a aucun aspect fantastique – si ce n’est pour l’aspect onirique – contrairement à ceux qui l’ont précédé tels que Ponyo, Le Voyage de Chihiro, Le Château Ambulant, et j’en passe. Cela n’empêche pourtant pas de se laisser emporter par les images, la musique mais aussi les silences, tout cela dans la « simplicité ».

Nominé aux Oscars 2014, cet ultime travail du maître ne remportera malheureusement pas la statuette, aux plus grands regrets de plusieurs d’entre nous.

Bouddha, le grand départ par Kozo Morishita

tezuka-osamu-no-buddha-akai-sabaku-yo-utsukushiku

Cette première partie de la trilogie racontant la vie de Bouddha est tiré du manga d’Osamu Tezuka et réalisé par Kozo Morishita. On nous conte l’histoire du Bienheureux que beaucoup ne connaissent que le nom :

Le prince Siddhartha est l’héritier du royaume Shakya. Son père essaie de l’élever comme un grand chef de guerre mais le prince, témoin de la souffrance des hommes, se révolte contre l’injustice de son monde. Il commence alors un voyage spirituel qu’il achèvera pour devenir Bouddha.

Ce long métrage m’a particulièrement bouleversée car j’ai rarement eu l’occasion de voir une animation aussi dure: ce n’est pas un film qui semble être adepte de la formule du  Happy Ending. En effet, tout au long du film, nous pouvons constater que le cours de l’existence des hommes est dicté par leur karma. De plus, la manière d’exploiter certaines images permet de bien explorer la psychologie de Bouddha, personnage tourmenté par ses conflits intérieurs, de telle sorte qu’il est impossible de ne pas ressentir ce mal-être que ressent le personnage.

Bref, ce film est à voir. Faites attention cependant à ne pas trop réfléchir ensuite sur le sens de la vie; voyez Bouddha comme une invitation à faire le bien autour de vous.

Patema Inverted par Yasuhiro Yoshiura

patema08
Sakasama no Patema
ou Patema Inverted est un film réalisé par Yasuhiro Yoshiura:

La jeune Patema vit dans un monde souterrain. Malgré les réticences de son entourage, elle s’aventure souvent au-delà des limites de son univers. Sans doute espère-t-elle trouver trace de son père mystérieusement disparu. Quel monde se cache au-delà des vieux tunnels désaffectés, là où rôdent d’effrayants hommes chauves-souris ? En tentant de leur échapper, Patema tombe dans le vide et se retrouve dans un monde où tout est à l’envers…

Ce film d’animation, si ce n’est l’idée de la gravité inversée, n’a rien en commun avec le film franco-canadien Upside Down. J’ai vraiment aimé et je peux vous dire : accrochez-vous si vous ne voulez pas que vos théories s’en retrouvent sens dessus dessous ;)

Sakasama no Patema » หรือ « Patema Inverted » ซึ่งหมายถึง « à¸›à¸²à¹€à¸•à¸¡à¸°à¹à¸šà¸°à¹‚ลกคว่ำ » เป็นหนังผลิตโดย Yasuhiro Yoshiura คุณจะทำอย่างไรถ้าโลกของคุณกลับหัวกลับหาง?

Ernest et Célestine par Benjamin Renner, Stéphane Aubier, Vincent Patar

Ernest_Et_Celestine_4

Ce long métrage franco-belgo-luxembourgois, nommé aux Oscars 2014 et inspiré d’une série de livre pour enfants du même nom, est réalisé par Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar:

Dans le monde conventionnel des ours, il est mal vu de se lier d’amitié avec une souris. Et pourtant, Ernest, gros ours marginal, clown et musicien, va accueillir chez lui la petite Célestine, une orpheline qui a fui le monde souterrain des rongeurs. Ces deux solitaires vont se soutenir et se réconforter, et bousculer ainsi l’ordre établi…

 J’ai vraiment passé un bon moment à regarder ce film. Je dirais que l’histoire en soi est vraiment pour un public assez jeune : un déroulement de scénario assez innocent avec, à la fin, une morale. Pour ma part, c’est véritablement le graphisme qui m’a charmée : un long-métrage 2D comme on en fait presque plus… Ce ne sont pas simplement une succession d’images, mais des dessins qui semblent prendre vie dans nos têtes comme lorsque nous lisons un livre, des traits de crayon et des formes colorées qui dansent avec la musique, …c’est une impression indescriptible. Je n’ai rien à rajouter, si ce n’est vous inviter à émerveiller vos pupilles avec ce chef-d’oeuvre.

« Ernest & Célestine » หนังการ์ตูนสร้างโดย Benjamin Renner, Stéphane Aubier และ Vincent Patar

เป็นเรื่องที่น่ารักๆ ในโลกที่หมีและหนูไม่คบกัน Ernest เจ้าหมี และ หนูน้อย Célestine จะพบกัน…จะเกิดอะไรขึ้น?

Je vous invite également  à visiter le site web qui propose des croquis à visionner.

 

Chada
« Phon » : Member since February 2013 –
Mai Thai Manager & Presenter. Information & Communication at l’Université Libre de Bruxelles. A travel, visual art, animation curious & enthusiast.